Panier

Death Row Rrecords: Le label de Dr. Dre & Suge Knight

 Zoom sur le label Death Row

 

Le 15 décembre 1992, Dr. Dre enflamme la planète hip-hop avec la sortie de The Chronic. Estampillé G-Funk, la marque de fabrique du rappeur-producteur, son premier album solo s’installe en tête du Billboard et révèle son protégé Snoop Doge. Salué par la critique et écoulé à près de six millions d’exemplaires aux Etats-Unis, The Chronic devient également le plus important best-seller d’une enseigne légendaire du hip-hop : Death Row Records.

 

Fondé en 1991 à Los Angeles par Dr. Dre, Suge Knight, The D.O.C. et Dick Griffey, le label à l’appellation funeste (« Le couloir de la mort ») devient rapidement l’étendard du rap west-coast en réunissant les talents du genre. En plus des productions de Dr. Dre, l’écurie abrite (entre autres) celles de Snoop Dogg, Kurupt et Nate Dogg, sans oublier les bandes-son collectives de plusieurs longs-métrages, dont Above The Rim (1994) et Gridlock’d (1997).

Couronnés par un myriade de disques de platine et des gains annuels estimés à 100 millions de dollars, ces succès catapultent Death Row Records au sommet de la pyramide hip-hop, mais en coulisses, une série d’événements vient ternir - ou promouvoir ? - la réputation du label. En 1993, peu de temps après la sortie de son premier album Doggystyle, Snoop Dogg est accusé de meurtre. Le rappeur sera finalement acquitté, non sans être devenu entre-temps une des figures iconiques du gangsta rap. L’aura sulfureuse de Suge Knight, président et co-fondateur de Death Row aux méthodes expéditives, défraie également la chronique : le rappeur Vanilla Ice racontera avoir été suspendu au balcon de sa chambre d’hôtel située au 15ème étage pour droits d’auteur impayés, mais c’est surtout sa rivalité avec Bad Boy Records, le concurrent de Death Row sur la côte Est, qui marquera les esprits. Basé à New York, le label de Sean « Puffy » Combs, alias Puff Daddy, a lancé les carrières de The Notorious B.I.G. et 2Pac Shakur. Ce dernier attire l’attention de Suge Knight, qui finira par le débaucher en 1995 au prix d’âpres négociations - et de multiples coups bas.

 

Ce fait d’armes va pourtant entraîner la chute de Suge Knight : le 7 septembre 1996, les caméras de surveillance d’un hôtel de Las Vegas filment Knight et 2Pac en train d’agresser un membre du gang des Crips. Plus tard dans la soirée, 2Pac Shaker est abattu à un feu rouge à bord de la BMW de Suge Knight. Devant les tribunaux, Knight est condamné à neuf ans de prison pour avoir violé sa mise à l’épreuve dans une autre affaire. Ce coup d’arrêt marque sa chute, en même temps qu’il anticipe celle de Death Row Records : Dr. Dre a jeté l’éponge quelques mois plus tôt, puis Snoop Doge, Nate Dogg et Kurupt rendent leurs contrats à leur tour. Derrière les barreaux, Suge Knight multiple les menaces envers ses anciens partenaires, tout en continuant de contrôler ses avoirs. En 2001, il crée la branche britannique de Death Row, mais le label, abandonné par ses principaux artistes, souffre d’une importante hémorragie financière.

 

En avril 2006, Death Row Records et son président sont déclarés en faillite. La fin d’une des plus célèbres marques de l’histoire du hip-hop ? En février 2022, Snoop Doog annonce avoir racheté le label, dont il possède désormais les droits du catalogue. Suge Knight, condamné à 28 ans de prison pour avoir écrasé volontairement Terry Carter, le co-fondateur d’Heavyweight Records, n’a pas encore réagi à la nouvelle…

Vidéo Zoom sur Death Row Records: https://fb.watch/hI7Zi-QKFh/


Article précédent